Connexion

Adapei des Hautes-Pyrénées
Adapei des Hautes-Pyrénées
Créatrice de bonheur

Un colloque essentiel comme l'amour

Un colloque essentiel comme l'amour

Le colloque sur « La vie affective, amoureuse et sexuelle »co-organisé par le Comité Franco-Québécois pour l’Intégration et la Participation Sociale (CFQIPS)  et l’Adapei des Hautes-Pyrénées, en partenariat avec la C.C.I. des Hautes-Pyrénées, a été un formidable lieu de formation et d’échanges, mais également un événement en soi, tant le thème est aussi peu abordé qu’essentiel dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap.

Pour l’Adapei des Hautes-Pyrénées et sa présidente Evelyne Lucotte-Rougier, « lorsque nous abordons le sujet des sentiments de la vie affective ou de la sexualité nous semblons toucher une sujet  sensible et tabou. Pourtant les relations affectives, voir amoureuses, participent de manière primordiale au bien être et à l’épanouissement de chacun d’entre nous. Et, comme nous, les personnes handicapées ont besoin d’attention, de tendresse, et tout simplement  d’amour.  Et pas simplement d’amour parental mais l’autre amour ! » Pourquoi en serait-il autrement ? « Vous et moi ne pouvons considérer d’avoir une vie équilibrée sans relation sentimentales. Et celles si ne se conçoivent pas sans sexualité. Sous entendre que la question  de l’amour et du désir serait moins primordiale pour une catégorie d’individus, reviendrait à nier leur existence. Être Handicapé ne veut pas dire être asexué ou incapable d’aimer et d’être aimé. Pourtant la société persiste à se représenter les personnes en situation de handicap comme des sujet vertueux dénués de désir. »

Ce déni des besoins affectifs et sexuels, puisque c’en est un, peut avoir d’autant plus de conséquences à l’heure actuelle, que l’on sait que la jeunesse réalise son éducation sexuelle via la pornographie sur internet. Une tendance qui n’exclue pas les personnes handicapées, elles aussi victimes de cette mouvance et souvent moins armées pour en être bien distancié.

Il est donc urgent de ne plus se voiler la face ! Comment ? Par la formation tout d’abord ! Celle des professionnels qui accompagnent les personnes et des  parents également, pour qu’ils puissent à leur tour aborder ces questions avec les personnes. Un exercice qui n’est pas si simple quand on veut réellement s’engager vers un épanouissement de la personne. « Il ne faut pas faire un transfert de ses propres émotions, de ce que l’on considère comme la norme, ne pas essayer de calquer sa vision des choses. Il faut savoir être désincarné et distant avec le sujet. »  expliquera Gabrielle Sabbagh, maître en psychoéducation.

Car ce qui est en jeu c’est la liberté et l’autonomie des personnes. Et c’est un droit pour elles, on ne le dira jamais assez ! Pourtant ce droit naturel et primordial se confronte souvent à un autre droit pour les personnes en situation de handicap. Celui « d’être protégés, d’elles-mêmes et des autres. » expliquera Maître François Caffarelli, Docteur en droit ? « Trop protéger c’est nier la liberté. Trop de liberté peut amener à mettre en difficulté la protection. Comment combiner les deux pour un législateur ? » . La réponse est encore dans un certain flou, où il faut avancer avec prudence mais détermination.

Tout l’art développé par les différents intervenants durant ces deux jours a été ainsi de proposer des pistes et des solutions pour créer les conditions d’un développement respectueux de la personne. Réjean Tremblay, docteur en sciences-politiques, a ainsi présenté tout un corpus théorique puis des exemples pratiques pour bien accompagner les personnes vers leur épanouissement affectif. Cela signifie de l’éducation à l’anatomie, aux sentiments, à la sexualité bien sûr, tout en prenant garde à faire bien intégrer les notions de libre arbitre et de consentement. Pour la personne comme pour son ou sa partenaire potentielle.

C’est une mécanique complexe où il faut trouver les bons supports et mobiliser tous les acteurs. Concrètement, Il s’agit de créer des comités d’éthique, des moments d’expression, en petits comités et en grands groupes. Entre autres, car il serait illusoire de vouloir résumer ces deux journées en un seul article. Nous vous proposerons donc très prochainement, une synthèse exhaustive de ces deux journées ainsi que les enregistrements sonores de celles-ci.  

En attendant, n’oubliez jamais que chaque personne a le droit d’exprimer ses désirs, son besoin d’amour.. et vous aussi !


Autres actualités relatives :